• Admin

Jacques Lacan, Conclusion des journées de Lille (1977)

Ce qu’il a dit, Freud, l’affreud, c’est qu’il n’y a pas du su-je. Rien ne supporte le su-je. Autrement dit, au jeu du je se substitue – c’est ce que je tente d’énoncer aujourd’hui – le baffouille-à-je.

Le 25 septembre 1977 Jacques Lacan conclut les journées qui se sont passées à Lille
.pdf
Download PDF • 130KB

55 vues0 commentaire

Posts récents

Voir tout

... poïesis contre la Raison de l'interprétation qui se limite au sens de l'énoncé...