5dfc30047ff99a9b94fb51bfc978ec7196e2e6c2.jpeg

Lecture du séminaire de Jacques Lacan

Livre X, l'angoisse

Tout ce que nous savons d’absolument nouveau et original sur la structure du sujet et la dialectique du désir que nous avons à articuler, nous analystes, nous l’avons appris par quelle voie ? Par la voie de l’expérience du névrosé. Or, que nous a dit Freud à ce propos ? Que le dernier terme où il soit arrivé en élaborant cette expérience, son point d’arrivée, sa butée, le terme pour lui indépassable, c’est l’angoisse de castration.
Qu’est-ce à dire ? Ce terme est-il indépassable ? Que signifie cet arrêt de la dialectique analytique sur l’angoisse de castration ? Ne voyez-vous pas déjà, dans le seul usage du schématisme que j’emploie, se dessiner la voie par où j’entends vous conduire ? Elle part d’une meilleure articulation de ce fait de l’expérience que Freud a désigné dans la butée du névrosé sur l’angoisse de castration. L’ouverture que je vous propose, la dialectique qu’ici je vous démontre, permet d’articuler que ce n’est point l’angoisse de castration
en elle-même qui constitue l’impasse dernière du névrosé.
(Extrait du chapitre IV)

Première séance d'1h30 le mardi 11 octobre à 18h30.

Les autres dates seront déterminées ce jour-là.

Le séminaire se déroule dans les locaux de Psychasoc,

3 rue Urbain V, 34000 MONTPELLIER

Pour s'inscrire: rouzel@psychasoc.com

Tél: 06 73 09 05 60

L'Angoisse
Tout ce que nous savons d’absolument nouveau et original sur la structure du sujet et la dialectique du désir que nous avons à articuler, nous analystes, nous l’avons appris par quelle voie ? Par la voie de l’expérience du névrosé. Or, que nous a dit Freud à ce propos ? Que le dernier terme où il soit arrivé en élaborant cette expérience, son point d’arrivée, sa butée, le terme pour lui indépassable, c’est l’angoisse de castration.
Qu’est-ce à dire ? Ce terme est-il indépassable ? Que signifie cet arrêt de la dialectique analytique sur l’angoisse de castration ? Ne voyez-vous pas déjà, dans le seul usage du schématisme que j’emploie, se dessiner la voie par où j’entends vous conduire ? Elle part d’une meilleure articulation de ce fait de l’expérience que Freud a désigné dans la butée du névrosé sur l’angoisse de castration. L’ouverture que je vous propose, la dialectique qu’ici je vous démontre, permet d’articuler que ce n’est point l’angoisse de castration
en elle-même qui constitue l’impasse dernière du névrosé.
(Extrait du chapitre IV) Livre X (1962-1Tout ce que nous savons d’absolument nouveau et original sur la structure du sujet et la dialectique du désir que nous avons à articuler, nous analystes, nous l’avons appris par quelle voie ? Par la voie de l’expérience du névrosé. Or, que nous a dit Freud à ce propos ? Que le dernier terme où il soit arrivé en élaborant cette expérience, son point d’arrivée, sa butée, le terme pour lui indépassable, c’est l’angoisse de castration.
Qu’est-ce à dire ? Ce terme est-il indépassable ? Que signifie cet arrêt de la dialectique analytique sur l’angoisse de castration ? Ne voyez-vous pas déjà, dans le seul usage du schématisme que j’emploie, se dessiner la voie par où j’entends vous conduire ? Elle part d’une meilleure articulation de ce fait de l’expérience que Freud a désigné dans la butée du névrosé sur l’angoisse de castration. L’ouverture que je vous propose, la dialectique qu’ici je vous démontre, permet d’articuler que ce n’est point l’angoisse de castration
en elle-même qui constitue l’impasse dernière du névrosé.

(Extrait du chapitre IV)Nous travaillerons en groupe ce texte foisonnant qui marque un tournant certain dans l'élaboration de Lacan.